La voie du Samouraï

Bon vu la vitesse à laquelle vous êtes allez lire mon dernier post je vois que vous êtes tous au taquet, à cliquer sur le bouton refresh toutes les minutes…

Je suis toute honteuse… mais vraiment super flattée :)

Donc je m’y colle

Comme je vous disais après avoir visité Enoshima le matin je suis allée visiter Kamakura.
(((* petite note de bas de page pour japonisants à la recherche de drama à regarder)))

C’est une ville côtière entourée de montagne où le premier gouvernement militaire, fondé par Minamoto no Yorimoto, à établit sa capitale (entre 1192 et 1333).

Pour y aller en partant d’Enoshima il faut prendre l’Enoden, où train électrique d’Enoshima.
Ça n’est pas un tramway mais c’est tous comme, il passe entre les maisons (voir presque sur les maisons), il n’y a même pas de place pour une deuxième voie ce qui explique qu’il soit à voie unique avec des petites boucles de temps en temps où une rame attend que la rame d’en face passe pour permettre des croisements de trains en toute sécurité.

C’est apparemment un train très célèbre (on le voit entre autre dans les dernières aventures de GTO, merci Sandrine pour l’info).

Celui dans lequel je suis montée était très kawai …

Ça fait un peu gamins en vadrouille mais bon … tan que ça roule …

Et cerise sur le gâteau en arrivant au terminus vous êtes accueillis par la reine des grenouilles et le prince consort.

Bref ça ne fait pas du tout sérieux tout ça mais comme je disais tan que ça roule …

Donc une fois a Kamakura j’ai commencé à me demander ce que j’allais faire.
Ben oui évidement je n’avais rien prévu à l’avance et les plans que j’avais apportés au Japon étaient bien entendu restés dans ma chambre (ceux d’Enoshima aussi mais vu que c’est un rocher le chemin est vite trouvé…)
La compétente dame de l’office du tourisme m’a gentiment conseillé de prendre la rue commerçante Komachi pour aller jusqu’au sanctuaire de Hachimangu, puis de revenir sur mes pas, reprendre le Enoden jusqu’à la station Hase pour voir le grand Bouddha, passage obligé pour tout touriste à Kamakura.

Sauf que, oui, je suis tête de mule et, non, ça ne sert à rien de suivre les indications de personnes avisées qui savent de quoi elles parlent et j’ai décidé ceci :
– plutôt que de revenir sur mes pas je vais aller à pied jusqu’à la station Kita Kamakura (la ligne violette sur le plan ci-dessous)
– puis je me dirigerai vers la station Hase et j’irai présenter mes hommages à Bouddha. (la ligne orange)

Ceux qui suivent où qui sont déjà allés à Kamakura doivent être déjà en train de se tordre de rire…

Donc la rue marchande. Très sympa, vivante et noire de monde.

J’ai quand même une préférence pour celle d’Enoshima. Et portant j’ai été accueillie par Jiji de chat de Kiki la petite sorcière

Et j’ai enfin pu prendre un tireur de pousse-pousse en photo. On en voit partout mais je n’avais pas osé demander à les prendre en photo jusqu’à maintenant. Non pas qu’ils fassent peur mais celui-ci n’avait pas de clients et donc était « dérangeable » pour une photo.

Y’a pas à dire ça fait une silhouette pas dégueu…

Et au bout le sanctuaire de Hachimangu

Qui grouillait littéralement de touristes (chinois pour la plus part)
Donc c’est dommage mais je ne me suis pas trop attardé (je n’ai même pas pris de photo du sanctuaire de toute façon on ne voyant plus rien sous cette marée humaine …

Et c’est peut-être parce que Hachiman est un dieu de la guerre mais franchement ça fait très martial comme endroit.

(ne cherchez pas à lire le vent tournait les étendards dans le mauvais sens. Et je ne pouvais pas prendre la photo par dernière il y a l’étang de nénuphars)

J’ai quand même réussi à prendre un très bel arbre (enfin je trouve)

Un étang de nénuphars toujours pas éclos (l’espèce est très timide ..)

Et j’ai eu la chance de voir un mariage célébré selon les rites Shinto

Mon appareil date un peu et le zoum n’est pas super puissant donc je ne sais pas si vous verrez grand-chose …
Je n’ai pas osé rester trop longtemps non plus (mais faut dire quelle drôle d’idée de se marier là un samedi après-midi devant tous les touristes qui passent…)

Les musiciens et la famille
(en haut des marches on aperçoit le bâtiment principal du sanctuaire)

Les desservants qui font leur tambouille et la mamie qui assiste au spectacle assise aux premières loges

Et de l’autre côte en face des membres de la famille : les invités

Vous remarquerez que les têtes des invités sont occidentales et africaines.
Donc j’espère bien qu’en face se sont effectivement les membres de la famille et non un découpage japonais / non-japonais …
Mais ne voyons pas le mal partout :-)

Autour du sanctuaire il y a des endroits qui n’attirent pas du tout les touristes et franchement je ne comprends pas pourquoi parce que par exemple je trouve cette allée bien plus belle que cet espèce de bâtiment monstrueux (en taille) où tout le monde se précipite

Je quitte donc la foule direction la gare de Kita Kamakura ce qui m’a permis de voir que Kamakura, sortit de ses lieux hyper touristiques est une petite banlieue très agréable (et plutôt aisée …)

D’ailleurs les habitant ne doivent circuler qu’en voiture ce qui doit expliquer la dangerosité des rues pour les piétons.
De tout façon la notion de trottoir au Japon est un peu particulière : à l’exception des grandes avenues la plus part des trottoirs se limitent à un train de peinture blanche sur le bas-côté de la route…
En même temps il y a tellement d’endroit où les voitures ne peuvent pas aller …

Toujours en chemin j’ai croisé un beau pont très moderne. Enfin moi je le trouve chouette. Mes photo ne lui rende pas hommage ainsi qu’à la verdure environnante.

Coup de bol avec mon sens de l’orientation catastrophique j’ai cru que je m’étais trompée donc je suis retournée à mon point de départ pour demander conseil et non je ne m’étais pas trompée donc j’ai pu passer dessous 3 fois (45 minutes de marche supplémentaire quand même)

J’ai visité le temple kencho-ji très beau et surtout pas trop envahi par les touristes
Il y avait quand même quelques d’occidentaux, dont une famille française (je ne leur ai pas fait savoir que je comprenais ce qu’ils disaient) nous étions tous en train de lutter pour essayer d’allumer de l’encens. Ça n’a pas l’air comme ça mais ça demande un certain entrainement…

On brule l’encens dans le petit présentoir au milieu de l’allée.

Je précise que les photos d’intérieur sont sans flash (j’ai quand même un minimum de savoir-vivre) et sans pied d’où le côté hyper flou (déjà qu’à la lumière du soleil c’est pas terrible…)

Cette fois ci pas de lions permanentés à l’entrée du temple mais ce petit chien semblait bien vouloir remplir leur rôle

donc je continue on petit bonhomme de chemin
je croise de jolis bouddha endormis

et enfin je trouve la route pour rejoindre le Grand Bouddha. Ça grimpe un peu mais sans plus… en plus c’est charmant comme tout car c’est au coeur d’une forêt.

et puis ca grimpe…
ca grimpe même beaucoup…
et puis la route goudronnée disparaît pour n’être plus qu’un chemin de terre…
et puis plus de chemin du tout !!

A toute fin utile je rappelle qu’il faisait une chaleur de cocote minute, je j’étais bien chargée de mes quelques emplettes achetées à Enoshima et que j’étais poursuivie par une orde de moustiques affamées et amatrices de cuisine française.

Il a fallu que je tombe sur un panneau de ce type pour comprendre enfin que je suivais une piste de randonnée !!!

le pire c’est que c’était écrit sur la carte en japonais ET en anglais …
(si si vous pouvez vérifier !!)
… si quelqu’un a un cerveau en rabe à me prêter …

en plus pour l’aspect alpinisme j’aurais pu m’en douter vu que j’avais croisé des lieux de ce type juste avant.

Je me souviens même que je m’étais dit que je n’y grimperais pas …

Je ne sais plus combien de temps il m’a fallu pour sortir de là (largement plus d’1h30), en revanche je me souviens bien de mon état : j’étais couverte de sueur et de poussière, à bout de souffle, complètement épuisée. (il fallait que je ne dépêche un peu pour arriver au Grand Bouddha avant que le site ne ferme… Ça m’aurait un peu énervé sinon)

Heureusement je suis arrivée 20 minutes avant la fermeture
Pas du tout présentable j’espère que Bouddha ne m’en tiendra pas rigueur

Alors que pourrais-je vous dire sur la statue …
déjà le site manque cruellement de douche…
les T-Shirt en vente sont hors de prix (j’étais vraiment pas présentable il fallait que je fasse quelque chose j’avais encore 2h30 de trajet avant de retourner à kachidoki)
c’est plein de touristes
mais quand même la statue est belle

(vous ne trouvez pas que rapporté à la taille de la statue les oranges ont un petit air de caviar rouge? Ça le fait pas trop pour le bouddha quand même… non?)

et il a des fenêtres dans le dos c’est rigolo.

Ensuite j’ai vidé les lieux avant qu’on me mette dehors. De toute façon j’étais sur les rotules.
J’ai pris 2,3 photos du temple au bout de la rue.

Et hop je suis rentrée

bon certes j’étais un peu sur les nerfs, mais bon c’est continuel avec moi donc…
Et puis j’ai fait une belle balade. Même si ça grimpe un peu beaucoup, la foret est vraiment belle, je n’ai pas pu prendre toutes les photos que j’aurais voulu je n’avais plus de place sur l’appareil et mon portable n’avait plus de batterie.
Et j’ai croisé un statue dont j’ai eu beaucoup de mal à vérifier le nom parce que d’une je ne l’avais pas noté et surtout je ne l’ai trouvée sur aucun des guides à ma disposition.

Mais avec un peu de logique j’ai fini par trouvé c’est tout bêtement Minamoto no Yorimoto le fondateur du bakufu Kamakura.

Voilà Kamakura c’est fini.
Il a ensuite fallut que je rentre en courant parce que j’avais promis à la maman que j’essaierais de rentrer à 19h.
Mais je vous expliquerais pourquoi dans le prochain poste ;-)

On peut dire que la journée du 11 aout fut très longue en ce qui me concerne…
C’est pour ça qu’il m’a fallu au moins 2 mois pour vous la raconter !!!

A bientôt

* Il y a une récente série sur le shogunat de Kamakura avec le très bon Matsuyama Kenichi dans le rôle de Minamoto no Yoshitomo, papa de Yorimoto.
Ça dure quand même 50 épisodes d’une heure … perso je n’ai pas eu le courage de regarder.
Mais à l’exception de « un litre de larmes » (qui est vraiment très larmoyant) les drama avec Matsuyama Kenichi ne sont pas trop mal.

Publicités